Sommaire

Post Scriptum

Post Scriptum

Je me suis permis d'introduire le poème "Je t'aime" par un petit texte évocant la matinée qui suivit les fameuses retrouvailles.

illustration pour marre de celle là

Mercredi 24 septembre 2003, la matinée était d’une douceur agréable ; en cette heure hâtive, la place centrale dégagea une ambiance sereine. En son sein, le jardinier ratissa les pans de pelouse afin d’en extraire le superficiel ; le dos courbé, il mouvait ses avant-bras d’un geste régulier et pistonneux. S’approchant du ficus en marche arrière, il s’immisça sous son l’ombre étendue et déposa son pied sur un morceau de papier plié en quatre. Surpris par le bruit anormal de cette feuille, il souleva son talon et se saisit du document qu’il se permit de déployer. Un texte y était rédigé, sans nom d’auteur ni mention de date, seulement un poème, composé d’alexandrins, qui avait la force d’un épithalame jamais offert.

Qui écrivit cette prose, et pour qui fut-elle écrite ? nul ne le sut, et le jardinier sembla s’en moquer vu qu’il rejeta machinalement le papier sur son tas d’ordures… Fort heureusement, nous pûmes récupérer cet épithalame afin de vous le présenter…